Episode 35

Vers un accouchement naturel

Vers un accouchement naturel

Cette semaine nous retrouvons Doriane pour la suite et fin de son expérience de la Maternité.

Après avoir parlé d’instruction en famille (#32), de maternage proximal (#34), je voulais vous faire découvrir son expérience de l’accouchement qui est juste magique.

Doriane en quelques mots :
👠 Working Mum
👜 Directrice artistique, Instructrice en famille & créatrice du compte Jeux.t.aime
👨‍👩‍👧‍👦 Maman de Marin (7 ans), Jasmin (4 ans) et Cézanne (4 mois)

Une idée douloureuse de l’accouchement

Se préparer à un accouchement, c’est anticiper une douleur qu’on nous dit intense, indescriptible, une douleur qui nous ferait presque aller à reculons vers notre accouchement.

Cette idée nous vient de nos mères qui elles-mêmes l’ont eue de leurs mères.
Et pour Doriane comme pour beaucoup d’entre nous, l’idée de l’accouchement était indissociable de celle de la douleur.

Pour autant, elle garde un joli souvenir de la Matenrité, cet endroit où elle a fait la connaissance de chacun de ses frères.

3 accouchements, 3 expériences

Doriane choisit alors de s’en remettre à des mains expertes, des cadors de Paris pour l’aider à mettre au monde son premier bébé.

Et elle vit alors une expérience malheureusement classique : une arrivée à la maternité, une proposition de déclenchement, des heures d’attente puis une péridurale. Une succession de choix qui la desempouvoirent et lui font douter de sa capacité à aller au bout de cet accouchement. Puis survient une hémorragie.

Cette expérience est traumatisante pour Doriane, mais bébé est là et elle choisit de mettre la poussière sous le tapis.

Puis quand elle tombe enceinte de Jasmin, le spectre de l’expérience vécue refait surface. Et un processus s’enclenche qui l’emmène vers un projet de naissance pour un accouchement physiologique.

Cet accouchement se passe bien, et ce sera finalement sans aide extérieure qu’elle donnera naissance à son deuxième enfant.

Cet imprévu la met alors sur la voie d’un accouchement à domicile pour son troisième enfant.

Mais on ne prévoit pas un accouchement à domicile sans chercher à s’informer et sans une préparation mentale digne d’un athlète de haut niveau.

Doriane nous raconte alors les préparations qu’elle a suivies et se livre sur la force qu’elle tire tant de l’accouchement que du chemin qu’elle a parcouru pour y arriver.

Elle nous explique, sources à l’appui, comment l’idée de la douleur a été construite au fil des siècles et qu’il est tout à fait possible de la déconstruire pour vivre toute la magie de la naissance d’un enfant.

Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir son témoignage.

Belle écoute ✨

Quelques extraits

Je ne savais pas à quelle sauce j’allais être mangée et je pense que c’est le cas d’un peu toutes les Mamans.
On te parle de douleurs très violentes. J’ai grandit avec cette idée-là : qu’accoucher ça fait mal, que c’est quelque chose d’horrible, que ça va être l’épreuve dans ta vie.

La sage-femme a cette phrase terrible : « Madame, ça fait 24h que vous avez des contractions, nous n’allez pas y arriver. »

C’est tout l’inverse de ce dont on a besoin. On me fait peur.

Je pense que chaque grossesse va te chercher très loin. Si tu fais de ces grossesses et de chaque enfantement quelque chose, je pense que tu peux vraiment devenir quelqu’un d’autre. C’est un moyen de se construire personnellement, d’aller chercher des énergies auxquelles tu n’as pas accès au quotidien.

 

C’est un peu comme un sportif de haut niveau, tu as besoin de te construire mentalement, de te construire physiquement aussi. C’est vraiment important de se construire mentalement.

 

Il y a beaucoup de peurs qui ont été crées par des mythes par des histoires qui ont été véhiculés à travers les siècles. En fait, le problème c’est que depuis que je suis petite, j’avais en tête que j’allais accoucher, que ça allait être un moment extrêmement douloureux et que ça allait être un mauvais moment à passer mais qu’après ça allait être super cool parce que j’aurai ton enfant.

 

Tu grandis en tant que femme en te disant à un moment dans ta vie je vais potentiellement accoucher et ça va être terrible, ça va être le moment le plus difficile. Et tout ça donne tous les problèmes liés à la naissance parce que quand ton utérus est tendu, son fonctionnement naturel est altéré. Tu ne peux pas donner naissance si tu as peur.

 

Vivre un moment comme ça dans cette normalité.

Il y a trop de décalage entre ce dont la mère a besoin et ce qu’on te propose à l’hôpital.

Je voulais accoucher à la maison pour mettre au monde au coeur de ma famille, qu’il y ait cette force, ces moments-là qui sont inégalables. J’ai eu ça, ce moment inégalable, suspendu, parfait !

 

Je me suis sentie libre tout au long de cet accouchement, je me suis sentie un mammifère, animal, mettant au monde son bébé, j’étais connectée à mon corps, j’étais connectée à moi, j’ai été chercher une force dont je ne soupçonnais même pas l’existence.

 

On a toute la possibilité de vivre des moments comme ça et il faut remettre ça au centre de tout parce que c’est le moment le plus puissant d’une vie, le plus unique, le plus beau et le plus naturel aussi.

Et on est tellement coupées de ça, de cette puissance là, et c’est pas normal de couper les femmes de cette puissance parce que c’est intrinsèquement lié à notre histoire de femme. Il faut qu’on ait accès à cette puissance et je pense que c’est quelque chose qui te change entièrement. Tu ne peux pas être la même femme en ayant vécu ça.

 

Les péparations recommandées par Doriane :

– La sophrologie : @maison_des_emotions sur Instagram
– L’hypnose : Quantik Mama – envisager la naissance dans le calme sans douleur
– Acupuncture
– Homéopathie
– Manger des dates
– Ostéopathie
– Chant prénatal

Retrouvez Doriane

  • Sur Instagram : @jeux.t.aime

Crédit photo : @danslesyeuxd_emilie

Related Episodes

Vers un accouchement naturel